des ailes du feu des murmures Karine Granger

des ailes du feu des murmures


Diaporama Photos

La Grand’Combe (Gard), ancien territoire minier des vallées des Cévennes, vu comme le pays noir, sinistre au taux de chômage élevé, et où le temps parfois semble s’être arrêté...

Il y a des lieux qui ont une puissance de caractère, une puissance de vie parce qu’ils ont vécus.
Ils sont les fossiles oubliés d’un désir permanent de vie qui invite l’étrange à venir…
Ce pays, un jour s’est arrêté dans le mouvement du travail, des grèves et de l’engagement.
Les lieux (commerces, usines) se sont vidés, abandonnés à l’usure et l’érosion; et la végétation peu à peu est venue recouvrir le sol qui jusque dans son creux alimentait une grande partie de la région et bien au-delà.
Les poches se sont vidées et les crânes se sont remplis de souvenirs.
La parole s’est teintée peu à peu d’une certaine mélancolie sourde et muette mais dont la puissance verbale tire encore un trait sur la richesse à y vivre.
La résonance des corps sur les lieux va puiser toute son énergie pour s’abîmer, vivre et renaître.
Le temps travaille à la disparition, là où le désir s’impose à nouveau.

Les traces laissées par d’autres dans les lieux traversés, les mots qui raisonnent et racontent, les voix, les rencontres sont autant de support pour réveiller et accueillir l’émotion prête à surgir …nourrir l’imaginaire…éprouver le réel…



Le travail a été financé par le Centre social de La Grand’Combe, la Communauté de communes du Pays Grand’Combien, le Conseil général du Gard, la Mairie de la Grand’Combe.

Top